Au Yémen, les tribus détiennent les clés du pouvoir

5 min read

Les nombreuses tribus du Yémen jouent un rôle clé dans les guerres et les conflits du pays. Aujourd’hui, c’est Ansarallah, et non les puissances étrangères, qui est devenue la force prédominante exploitant l’influence tribale et gérant stratégiquement ces groupes disparates.

Par Saqr Abo Hasan

Tout au long de l’histoire considérable des conflits internes au Yémen, le  rôle influent des tribus  a été crucial pour déterminer l’issue des guerres extérieures et des luttes de pouvoir internes. 

Ces anciennes structures tribales, profondément ancrées dans le tissu social et la dynamique militaire du Yémen, ont joué un rôle de faiseur de roi en période de conflit – même pendant les périodes où l’État, avec ses appareils militaires et sécuritaires supérieurs, était impliqué, comme on l’a vu dans les  six guerres de Sadaa . 

S’étendant de 2004 à 2010, ces guerres ont opposé les forces gouvernementales au mouvement de résistance Ansarallah au Yémen. Mais chaque camp ne pouvait se battre qu’avec son propre groupe d’alliés tribaux.

Au fil des années, et surtout aujourd’hui, les tribus yéménites des régions du nord – où est basé le clan Houthi – sont devenues un « réservoir inépuisable de combattants », incarnant une force formidable qui peut être mobilisée dans de bonnes conditions politiques et sociales.

Comme le souligne l’écrivain yéménite Ali Abdullah al-Dhayani, ces tribus yéménites sont « des guerriers naturels, car leurs hommes – et même leurs femmes dans certaines régions – portent des armes dans le cadre de leur vie quotidienne ».

Les tribus Hashid et Bakil

Deux confédérations tribales importantes,  Hashid  (dirigée par la famille Al-Ahmar) et  Bakil  (dirigée par la famille Abu Lahoum), se distinguent comme les forces les plus puissantes dans les sphères militaire, civile et exécutive du Yémen. L’influence de la tribu Hashid lui a permis d’obtenir quatre sièges à la Chambre des représentants yéménite pour les fils de son défunt chef, Abdullah al-Ahmar.

Pendant ce temps, Saba Abu Lahoum, le descendant de la famille Abu Lahoum, dirige désormais la tribu Bakil, héritant du rôle de son père, Sinan Abu Lahoum, décédé en 2021. 

Depuis des décennies, les familles Al-Ahmar  et Abu Lahoum se disputent le poste prestigieux de « Cheikh des cheikhs du Yémen », un titre qui oscille entre elles au gré des vents politiques dominants. 

L’alliance lâche forgée entre les Hashid et les Bakil englobe la majorité des tribus du nord et de l’est du Yémen, exerçant une influence significative. Il convient de noter qu’Ansarallah  appartient à la  confédération Bakil, tandis que le clan Sanhan de l’ancien président Ali Abdullah Saleh appartient à Hashid. 

Selon une étude du chercheur irakien Nizar al-Abadi, publiée sur le site Al-Mutamar.net, affilié au Parti du Congrès général du peuple (GPC) affilié à Saleh au Yémen, « le nombre de tribus yéménites est estimé à 200 – 168 d’entre eux se trouvent au nord et le reste au sud, la majorité d’entre eux vivant dans des zones montagneuses. » 

Le tribalisme en politique

Les gouvernements successifs du Yémen ont toujours cherché à exercer un contrôle sur les tribus, en employant diverses stratégies pour garantir leur allégeance. Un exemple notable est la création par Saleh de la « Tribal Affairs Authority » au début des années 1980, par le biais de laquelle des salaires mensuels et des primes étaient distribués à de nombreux chefs tribaux à travers le pays pour garantir l’alignement de leurs intérêts avec le GPC au pouvoir de Saleh.

S’exprimant sous couvert d’anonymat, un chef de l’une des tribus informe  The Cradle  que cette approche gouvernementale a encouragé le matérialisme et la corruption au sein des dirigeants tribaux, achetant ainsi leur loyauté envers le gouvernement Saleh : 

L’adhésion à l’Autorité des affaires tribales était basée sur la loyauté envers le régime. Il comprenait des centaines de cheikhs sans influence, tandis que les opposants au parti au pouvoir étaient punis par la privation de salaire. Parfois, des personnalités marginales étaient poussées à assumer la direction de la tribu.

Après la démission de Saleh début 2012, des appels ont été lancés pour abolir l’Autorité des affaires tribales et investir son budget annuel d’environ 13 milliards de riyals yéménites dans les infrastructures nationales. Mais le gouvernement qui a succédé à Mohammed Salem Basindwa a décidé de ne pas le faire. Il a repris l’approche financière éprouvée de Saleh “pour convaincre les chefs tribaux”, selon une source tribale.

Lors du « Printemps arabe » au Yémen en 2011, Saleh a créé une nouvelle entité – le « Conseil tribal du Yémen » – pour contenir la préférence tribale croissante pour l’opposition, en particulier après que plusieurs de ces dirigeants, dont le chef hashid Sadiq al-Ahmar, ont  publiquement soutenu  le parti populaire. soulèvement contre son gouvernement. 

Selon le militant politique Shaalan al-Abrat, l’implication des tribus a donné un élan significatif à la soi-disant révolution du 11 février dans certaines villes yéménites, comme Dhamar (100 km au sud de Sanaa).

Fin 2012, la ville de Saada, dans le nord du Yémen, un bastion d’Ansarallah, a vu l’émergence du « Conseil de cohésion populaire tribale », qui comprenait des chefs tribaux favorables au mouvement de résistance. Le conseil s’est rapidement élargi pour inclure toutes les tribus dans et en dehors des zones contrôlées par l’actuel gouvernement dirigé par Ansarallah et basé dans la capitale, Sanaa.

Comme le décrit le Dr Abdo al-Bahsh, chef du département politique du Centre d’études et de recherche yéménites : 

[Ce conseil] a été imposé par la réalité politique yéménite et les tentatives de soumettre le Yémen au contrôle américain… [Il] exprime les aspirations du peuple yéménite et sa volonté nationale, loin de toute partisanerie sectaire, ethnique, régionale et étroite.

Le conseil est dirigé par Dhaif Allah Rassam, un chef tribal du gouvernorat de Saada. Elle dispose de succursales et de représentants dans tous les gouvernorats yéménites actuellement sous le contrôle de Sanaa. Il est important de noter que son influence s’étend aux tribus situées en dehors de leur zone de contrôle, comme dans les régions de Shabwa, Ma’rib et Al-Dhalea au Yémen.

Renforçant l’argument selon lequel les tribus jouent un rôle clé dans la résolution des différends, le chef de la branche Dhamar du conseil, Abbas al-Amdi, affirme que tout au long des années d’agression contre le Yémen, le conseil a joué un rôle déterminant dans le renforcement de l’unité interne, en mettant fin aux guerres de vengeance tribales et en approvisionner les fronts de combat en combattants tribaux.

L’ascendant politique d’Ansarallah 

Les factions politiques du Yémen exploitent depuis longtemps les affiliations tribales pour renforcer le soutien populaire. Le parti Islah, soutenu par l’Arabie saoudite et affilié aux Frères musulmans, s’est stratégiquement aligné sur les chefs tribaux dès sa création en 1990, avec Abdullah bin Hussein al-Ahmar, chef de la tribu Hashid, assumant sa présidence.

L’affirmation de l’autorité tribale sur l’influence de l’État a été illustrée par Hamid al-Ahmar – frère du leader de Hashid – lorsqu’on lui a demandé dans une interview sur  Al-Jazeera  s’il avait peur de retourner à Sanaa après avoir exprimé son soutien à l’opposition de Saleh : « Celui qui a Sadiq [ al-Ahmar] comme son chef, et Hashid comme sa tribu, n’auraient pas peur.

L’influence tribale était frappante lors de l’éviction de Saleh lors de l’Initiative du Golfe de 2012, dans le cadre de laquelle une coalition de factions tribales et politiques yéménites a orchestré cette délicate transition du pouvoir. À cette époque, Ansarallah capitalisait sur ses réseaux tribaux pour étendre l’influence de son mouvement , notamment dans les régions du nord du pays. Il a progressivement étendu sa portée à travers le Yémen dans le cadre d’une alliance avec le GPC de Saleh et les forces armées.  

La gestion habile par Ansarallah des structures tribales a facilité leur ascension, fusionnant l’idéologie avec le tribalisme pour galvaniser le soutien. Cette relation symbiotique a contribué à leur ascendant militaire et populaire, comme l’a noté l’analyste politique yéménite Abdul Salam al-Nahari :

[Avant 2012], trouver quelqu’un qui croyait en Ansarallah était difficile à cause d’années de désinformation. Cependant, après 2015, la société a commencé à prendre conscience d’Ansarallah, notamment parmi les tribus épuisées par les guerres et les conflits internes… Après la guerre au Yémen, la tribu est devenue plus soudée après avoir joué un rôle majeur dans la solidité de la communauté et dans l’approvisionnement des fronts de combat. avec des armes, de l’argent et des hommes.

Stratégies centrées sur les tribus 

Nahari souligne que l’agression menée par l’Arabie saoudite contre le Yémen a placé le pays à la croisée des chemins : soit rester sous tutelle américaine, soit s’en séparer à tout prix. “Le peuple du Yémen a choisi l’indépendance”, déclare-t-il.

L’agression étrangère a uni les Yéménites à une époque où Ansarallah encourageait de nombreux chefs tribaux au premier rang et leur donnait l’opportunité de diriger.

Les exemples abondent. Dans la région d’Al-Bayda, au centre du Yémen, le chef tribal Saleh bin Saleh al-Wahbi a fondé les « Brigades Wahbi » en 2016. Après sa mort en 2021, son fils Bakil lui a succédé.

Dans la région d’Al-Razzamat, au nord du gouvernorat de Saada, près de la frontière sud de l’Arabie saoudite, le chef tribal et membre de la Chambre des représentants Abdullah Aydah al-Razami a soutenu le fondateur d’Ansarallah, Hussein Badr al-Din al-Houthi, et son La tribu a mené une guerre acharnée contre les forces gouvernementales après le meurtre de cette dernière. 

Lors de l’agression étrangère contre le Yémen, son fils Yahya al-Razami a été nommé commandant des forces de l’axe Hamidan et a pris le commandement des « Brigades de la mort », les forces d’élite affiliées à Ansarallah. 

Le fils a joué un rôle essentiel dans l’  opération Victoire de Dieu  en 2019, lorsque ses forces ont capturé des milliers de soldats fidèles au gouvernement yéménite à Riyad et saisi une grande quantité d’armes et d’équipements militaires.

Al-Nahari affirme que « se battre dans n’importe quelle zone où il n’y a pas d’incubateur populaire, c’est comme se battre en terrain découvert ». Ansarallah a activement cherché à créer des environnements favorables dans les domaines stratégiques. En neutralisant certaines tribus par le biais de traités et d’accords, comme à Marib, Ansarallah a effectivement étendu son influence avec un coût de combat minime, illustrant sa compréhension stratégique de la politique tribale du Yémen. 

Les opinions exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de The Cradle.

Source : The Cradle

Traduite par RV7 NEWS


Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments