L’Égypte demande à se joindre à l’affaire sud-africaine de la CIJ contre Israël

5 min read

L’Égypte a déclaré qu’elle se joindrait à l’affaire du génocide alors que la portée des attaques israéliennes sur Gaza « s’aggrave »

L’Égypte a annoncé le 12 mai qu’elle se joindrait officiellement à la cause de l’Afrique du Sud accusant Israël de violer la Convention des Nations Unies sur le génocide dans la bande de Gaza devant la Cour internationale de Justice (CIJ).

« Cette soumission », commence le communiqué du ministère égyptien des Affaires étrangères, « intervient à la lumière de l’aggravation de la gravité et de l’ampleur des attaques israéliennes contre les civils palestiniens dans la bande de Gaza, et de la perpétration continue de pratiques systématiques contre le peuple palestinien, y compris des attaques directes contre les Palestiniens. le ciblage des civils et la destruction des infrastructures dans la bande de Gaza, et poussant les Palestiniens à fuir.

L’Égypte se joint à la Turquie et à la Colombie pour demander à se joindre au dossier sud-africain contre Israël. Ankara l’a rejoint au début du mois suite à une demande du Cap à la CIJ pour que la Turquie adhère afin d’assurer « la sécurité et, en fait, l’existence même du peuple palestinien ».

Le Caire a déclaré qu’il appelait Israël « à respecter ses obligations en tant que puissance occupante et à mettre en œuvre les mesures provisoires émises par la CIJ, qui nécessitent de garantir l’accès à l’aide humanitaire et aux secours d’une manière qui réponde aux besoins des Palestiniens à Gaza. Bande.”

L’ancien directeur du ministère israélien des Affaires étrangères, Alon Liel, a déclaré à Al Jazeera que la décision de l’Égypte de se joindre à l’affaire était un « coup diplomatique incroyable pour Israël ».

« L’Égypte est la pierre angulaire de notre position au Moyen-Orient », a déclaré Liel. «Le fait que l’Egypte rejoigne l’Afrique du Sud à La Haye constitue un véritable coup de poing diplomatique. Israël devrait prendre cela très au sérieux.

L’Afrique du Sud a présenté sa cause en janvier de cette année, c’est la première fois dans l’histoire qu’Israël est jugé en vertu de la Convention des Nations Unies sur le génocide.

Tembeka Ngcukaitobi, avocat à la Haute Cour d’Afrique du Sud, a déclaré lors de l’audience que « l’intention de détruire Gaza a été nourrie au plus haut niveau de l’État », désignant en outre des responsables israéliens, notamment le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, comme « incitateurs au génocide ».

Après l’ouverture du dossier, le Hamas a publié une déclaration affirmant que le groupe respecterait un cessez-le-feu si la CIJ se prononçait.

« [Nous suivons] avec beaucoup d’intérêt les délibérations de la Cour internationale de Justice, après la demande que l’État d’Afrique du Sud a soumise avec gratitude à la Cour pour mettre fin au génocide contre notre peuple, en particulier à Gaza. À la lumière de cela, le Hamas déclare sa position », indique le communiqué.

Le même jour, Netanyahu a condamné l’affaire en déclarant : « L’engagement d’Israël envers le droit international est inébranlable, et en même temps, notre engagement sacré à continuer de défendre notre pays et notre peuple est inébranlable. Israël, comme tout autre pays, a un droit inhérent à se défendre. »

L’Afrique du Sud a appelé vendredi la CIJ à utiliser son pouvoir pour mettre fin à l’invasion israélienne imminente de Rafah, où plus d’un million de Palestiniens ont été déplacés à l’intérieur du pays, demandant qu’Israël « se retire immédiatement et mette fin à son offensive militaire ».

🔗 Source : The Cradle

Traduite par RV7 NEWS



L’Egypte déclare qu’elle se joindra à la plainte pour génocide de l’Afrique du Sud contre Israël devant la CIJ

Le Caire affirme que cette décision est due à l’aggravation des attaques israéliennes contre les civils à Gaza.

L’Égypte a déclaré qu’elle se joindrait officiellement à la plainte déposée par l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de Justice (CIJ), qui accuse Israël de violer ses obligations en vertu de la convention sur le génocide dans sa guerre contre la bande de Gaza.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré dimanche que Le Caire avait l’intention de se joindre à l’affaire en raison de l’escalade de l’agression israélienne contre les civils palestiniens.

« Cette soumission… intervient à la lumière de l’aggravation de la gravité et de l’ampleur des attaques israéliennes contre les civils palestiniens dans la bande de Gaza, et de la perpétration continue de pratiques systématiques contre le peuple palestinien, y compris le ciblage direct des civils et la destruction des infrastructures dans la bande, et pousser les Palestiniens à fuir », a déclaré le ministère dans un communiqué.

L’Afrique du Sud a porté plainte contre Israël en janvier, accusant le pays d’avoir commis un génocide contre les Palestiniens à Gaza. Le bilan des victimes de la guerre israélienne contre Gaza, qui a débuté en octobre, a dépassé les 35 000 personnes, et la plupart des morts sont des femmes et des enfants, selon les autorités palestiniennes.

Israël a lancé l’assaut après que le Hamas ait mené une attaque dans le sud d’Israël, tuant au moins 1 139 personnes, pour la plupart des civils, selon un décompte d’Al Jazeera basé sur des statistiques israéliennes.

Le plus haut tribunal des Nations Unies a rendu une décision provisoire en janvier, estimant qu’il existait un risque plausible de génocide dans l’enclave et a ordonné à Israël de prendre une série de mesures provisoires, notamment pour empêcher tout acte de génocide.

Le tribunal, qui siège à La Haye, a rejeté une deuxième demande sud-africaine de mesures d’urgence déposée en mars suite à la menace israélienne d’attaquer Rafah.

L’Égypte se joindra à la Turquie et à la Colombie pour demander formellement de se joindre au dossier contre Israël. Ce mois-ci, la Turquie a déclaré qu’elle chercherait à se joindre à l’affaire après que le pays sud-américain a demandé le mois dernier à la CIJ de l’autoriser à se joindre pour garantir « la sécurité et, en fait, l’existence même du peuple palestinien ».

L’Égypte a déclaré qu’elle appelait Israël « à respecter ses obligations en tant que puissance occupante et à mettre en œuvre les mesures provisoires émises par la CIJ, qui nécessitent de garantir l’accès à l’aide humanitaire et aux secours d’une manière qui réponde aux besoins des Palestiniens dans la bande de Gaza. ».

Il exige également que les forces israéliennes ne commettent aucune violation contre le peuple palestinien.

Il faudra probablement des années avant que le tribunal ne se prononce sur le fond de l’affaire de génocide. Même si les arrêts de la CIJ sont contraignants et sans appel, la Cour n’a aucun moyen de les faire respecter.

Israël a déclaré à plusieurs reprises qu’il agissait conformément au droit international à Gaza. Il a qualifié l’affaire du génocide sud-africain de sans fondement et a accusé Pretoria d’agir comme « le bras légal du Hamas ».

« Coup diplomatique »

Alon Liel, ancien directeur du ministère israélien des Affaires étrangères, a déclaré à Al Jazeera que la décision égyptienne était un « coup diplomatique incroyable pour Israël ».

« L’Égypte est la pierre angulaire de notre position au Moyen-Orient », a-t-il déclaré. Les liens qu’Israël entretient aujourd’hui au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, notamment avec la Jordanie, les Émirats arabes unis et le Maroc, sont tous « le résultat de ce que l’Égypte a fait il y a 40 ans », a-t-il déclaré, faisant référence au traité de paix de 1979 entre les deux pays. .

«Le fait que l’Egypte rejoigne l’Afrique du Sud à La Haye constitue un véritable coup de poing diplomatique. Israël devrait prendre cela très au sérieux.

« Israël doit… écouter le monde – pas seulement l’opinion publique israélienne qui demande maintenant vengeance.

« Nous devons avoir une vision globale dans une perspective plus large, en ce qui concerne la sécurité à long terme d’Israël, et pas seulement dans les prochaines semaines à Gaza. »

Le dernier développement juridique intervient alors qu’Israël s’est engagé dans de nouveaux combats avec le Hamas dans le nord de Gaza et a ordonné à des dizaines de milliers de personnes supplémentaires d’évacuer la ville de Rafah, dans le sud du pays, située près de la frontière entre Gaza et l’Égypte.

Les forces israéliennes ont pris le contrôle du côté palestinien du poste frontière de Rafah mardi, un jour après que le Hamas a déclaré avoir accepté une proposition de cessez-le-feu négociée par l’Égypte et le Qatar, qu’Israël a rapidement rejetée. Le passage était le principal point d’entrée de l’aide à Gaza, mais il est fermé depuis qu’Israël en a pris le contrôle.

Des chars et des avions ont pilonné plusieurs zones et au moins quatre maisons à Rafah pendant la nuit, tuant 20 Palestiniens et en blessant plusieurs autres, selon les responsables palestiniens de la santé.

La ville abrite plus d’un million de Palestiniens déplacés vivant dans des conditions désastreuses, et la communauté internationale a averti Israël qu’une attaque terrestre israélienne à grande échelle déclencherait une catastrophe humanitaire pour les civils.

Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que l’offensive de Rafah était nécessaire pour vaincre le Hamas.

Environ 110 000 Palestiniens ont fui Rafah ces derniers jours, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).

🔗 Source : AL JAZEERA ET AGENCES DE PRESSE

Traduite par RV7 NEWS


Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments