Les normalisateurs arabes tendent la joue alors qu’un « autre Hiroshima » se déroule à Gaza

6 min read

Alors qu’Israël a largué l’équivalent de deux bombes nucléaires sur Gaza – et réfléchit à la perspective d’en déployer une – les régimes arabes normalisés protègent discrètement leur engagement à soutenir Tel Aviv contre Téhéran.

Par Khalil Harb

Le monde ne peut pas voir un autre Hiroshima. Si le monde voit 100 000 morts, cela signifie que vous êtes en guerre avec le reste du monde. »

C’est ce qu’a déclaré le prince héritier d’Arabie saoudite et dirigeant de facto Mohammed bin Salman (MbS) dans une toute première interview en anglais avec Fox News , pas plus tard qu’en septembre 2023. 

Pourtant, dans ce qui ne peut être décrit que comme « un autre Hiroshima », la bande de Gaza est désormais la cible d’une attaque génocidaire que la royauté saoudienne a explicitement déclaré qu’elle devait être évitée pour la paix mondiale.

La normalisation toujours sur la table saoudienne

Depuis plus d’un mois, l’agression israélienne a fait plus de 40 000 morts et blessés dans cette enclave densément peuplée. En fait, l’armée d’occupation soutenue par les États-Unis a largué plus de 25 000 tonnes d’explosifs sur la bande de Gaza depuis le 7 octobre, l’ équivalent de deux bombes nucléaires . 

Dans un communiqué de presse publié le 2 novembre par Euro-Med Monitor , l’ONG basée à Genève a déclaré : « Cela signifie que la puissance destructrice des explosifs largués sur Gaza dépasse celle de la bombe larguée sur Hiroshima ».

Malgré cela, MbS n’est pas revenu sur sa déclaration controversée sur les liens de plus en plus étroits de Riyad avec le gouvernement le plus à droite d’Israël : « Chaque jour, nous nous rapprochons. » Cela a été récemment confirmé par le ministre saoudien de l’Investissement Khalid bin Abdulaziz al-Falih, qui a déclaré : « Cette question [de normalisation] était sur la table, et elle l’est toujours ». 

Il est important de noter, cependant, que l’interview de MbS a été diffusée deux semaines seulement avant l’opération d’inondation d’Al-Aqsa du 7 octobre menée par la résistance palestinienne. Il est également intéressant de noter que la déclaration du prince héritier n’était pas dirigée contre Israël ; c’était en réponse à une question sur les dangers que l’Iran se dote d’une bombe nucléaire. 

Ce qui devient clair, c’est que non seulement l’Arabie Saoudite, mais aussi les cinq autres États arabes – l’Égypte, la Jordanie, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc – qui ont déjà signé des traités de paix avec Tel-Aviv n’ont montré aucun signe de reconsidération de ces accords, même au cours des dernières années. face à la pression croissante de l’opinion publique contre les massacres israéliens en cours à Gaza. Bien que des rapports suggèrent que certains législateurs de Bahreïn appellent à l’annulation de l’accord de normalisation de Manama, dans un contexte de suspension des relations économiques et de rappel de son ambassadeur de Tel Aviv. 

Les pays arabes qui ont conclu des « traités de paix » avec l’État occupant ont longtemps présenté ces accords à leurs peuples comme des voies vers la sécurité, la prospérité et la stabilité régionale. MbS lui-même a vanté ces avantages lorsqu’il a déclaré à Fox News qu’un éventuel accord saoudo-israélien négocié par l’administration Biden constituerait une étape historique, potentiellement la plus importante depuis la fin de la guerre froide en 1991.

La résistance retarde les actions de Riyad 

Le président américain Joe Biden, protecteur officiel de l’agression israélienne, estime que l’opération menée par le Hamas était une tentative de perturber ses négociations avec l’Arabie saoudite sur la normalisation. Son secrétaire d’État, Antony Blinken, a été encore plus direct dans son évaluation, déclarant que l’un des motifs derrière l’attaque du Hamas était d’ entraver les efforts visant à rapprocher l’Arabie saoudite et Israël, « ainsi que d’autres pays qui n’y sont pas intéressés », faisant probablement référence à à l’Iran, un partisan clé de la résistance. 

Bien qu’il n’y ait pas eu de position officielle saoudienne ni de la part de MbS ni de son ministère des Affaires étrangères, des rapports soigneusement divulgués par des « sources bien informées » et une « source au sein du gouvernement saoudien » ont été publiés par Reuters le 13 octobre, puis par l’AFP le lendemain. suggérant que l’Arabie saoudite avait décidé de geler ou de suspendre les négociations de normalisation et en avait informé les responsables américains. 

Publiquement, Israël ne semblait pas perturbé par cette menace implicite. Quant à l’Arabie saoudite, après son appel initial à une désescalade immédiate et à la protection des civils, elle continue de condamner les attaques contre les civils. Les Saoudiens utilisent une formulation prudente pour apaiser Washington, qui exige que ses alliés régionaux condamnent le meurtre de « civils » israéliens malgré les preuves de la responsabilité militaire israélienne directe dans bon nombre de ces morts.  

L’Arabie saoudite n’ayant pas encore conclu d’accord de normalisation avec Israël, cela la libère théoriquement de toute obligation diplomatique envers Tel-Aviv. Cependant, ce qui fait sourciller, c’est l’hésitation manifeste de Riyad à exploiter son importante influence politique et pétrolière pour faire pression en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza. Au contraire, les Saoudiens ont tergiversé jusqu’au 30 octobre pour annoncer un sommet arabe « d’urgence » prévu le 11 novembre à Riyad.

Cette inaction peut suggérer que le chemin de la normalisation avec Israël a progressé plus loin que nous le pensons, étant donné qu’en septembre, l’Arabie Saoudite a accueilli le ministre israélien du Tourisme Haim Katz et le ministre israélien des Communications Shlomo Karhi, ce dernier se diffusant même en train d’effectuer la prière juive du matin. et la célébration de Souccot à Riyad quelques jours seulement avant le déluge d’Al-Aqsa.

Paix arabe « chaude » et « froide » avec Israël 

Les Émirats arabes unis, qui ont contribué à diriger la campagne de normalisation arabe, ont exprimé leur soutien à Israël bien plus clairement. Reem al-Hashemi, la ministre d’État émiratie chargée de la coopération internationale, a prononcé un discours cinglant au Conseil de sécurité de l’ONU à New York, dans lequel elle a condamné les « attaques barbares et odieuses » lancées par le Hamas. 

Hashemi a appelé à la libération immédiate et inconditionnelle des « otages » et à la fin du bain de sang en cours, tout en critiquant « la politique israélienne de punition collective envers la bande de Gaza ».

Aux côtés de leur voisin Bahreïn, les Émirats arabes unis ont maintenu deux accords de paix avec Israël depuis la signature des accords d’Abraham en septembre 2020. Le statut de l’ambassade d’Israël à Abou Dhabi reste inchangé et le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis n’a même pas pris la peine de convoquer l’ambassadeur d’Israël pour une sanction superficielle, ce qui constitue la forme la plus minime de censure diplomatique attendue – surtout compte tenu de l’expansion des bombardements. de Gaza. 

L’Égypte a la particularité d’être le premier pays arabe à normaliser ouvertement ses relations avec Israël en 1978, une paix négociée par les Américains. Dans les années qui ont suivi, Washington n’a cessé de prendre l’initiative mondiale en faisant progresser la normalisation avec Tel-Aviv, réussissant à signer l’accord de Wadi Araba en 1994 avec la Jordanie, puis en 1993 avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). 

Cependant, depuis les accords d’Abraham de 2020 parrainés par l’administration Trump entre Israël et le Maroc, les Émirats arabes unis, le Soudan et Bahreïn, des questions persistent quant aux motivations de la normalisation pour les États arabes qui ne sont ni voisins immédiats de la Palestine ni directement impliqués dans le conflit. La tendance de certains régimes arabes à formaliser des accords de paix avec Israël sans lier ces concessions aux revendications des droits des Palestiniens est particulièrement irritante pour les détracteurs. 

S’opposer à une autre Nakba 

Les pourparlers de paix avec les Palestiniens, principale partie en conflit avec Israël, sont au point mort depuis avril 2014 en raison de divers facteurs, notamment le siège étouffant de Gaza et l’expansion progressive des colonies en Cisjordanie, rendant la « solution à deux États » ” mort à toutes fins utiles.  

En Jordanie, où les Palestiniens constituent une légère majorité de la population, la colère du public à l’égard de Gaza est palpable. Les autorités d’Amman se sont initialement coordonnées avec leurs homologues du Caire, tous deux rejetant fermement les propositions israéliennes visant à déplacer les Palestiniens de Cisjordanie vers la Jordanie et de Gaza vers l’Égypte. 

Face à d’importantes critiques intérieures, Amman a ensuite pris la mesure importante de rappeler son ambassadeur de Tel-Aviv et de refuser d’accueillir à nouveau l’ambassadeur israélien qui avait quitté le royaume. La Jordanie est confrontée à un sentiment de danger accru : l’offensive israélienne à Gaza coïncide avec une forte augmentation des attaques de l’armée israélienne et des colons contre les Palestiniens de Cisjordanie, ce qui alimente les craintes de longue date d’Amman selon lesquelles Israël vise à nettoyer et annexer éthiquement la Cisjordanie. 

Le Premier ministre jordanien Bisher Khasawneh est allé jusqu’à déclarer explicitement que toute tentative de déplacer des Palestiniens de Cisjordanie ou de Gaza serait considérée comme une déclaration de guerre . 

Le Royaume du Maroc – qui, contrairement à d’autres États arabes, a « repris » ses relations préexistantes avec Israël en 2020 – a publié des déclarations condamnant les bombardements de Gaza et critiquant l’inaction occidentale, mais n’a par ailleurs pris aucune mesure concrète. Ceci malgré le rôle du roi Mohammed VI à la tête du « Comité Al-Quds », créé en 1975 par l’Organisation de la Conférence islamique et dont le siège est à Rabat.

Normaliser le génocide, mais faire face à la résistance 

Alors que le sommet arabe « d’urgence » se tient aujourd’hui à Riyad, il reste à voir si des pays comme l’Arabie saoudite, ainsi que d’autres États arabes et ceux qui s’engagent aux côtés du gouvernement génocidaire d’Israël, tenteront de remédier à leurs échecs politiques et publics au cours du mois. -une longue guerre contre Gaza. 

Cette situation a donné naissance à une réalité troublante dans laquelle « l’autre Hiroshima » que MbS craignait autrefois – ironiquement, de l’Iran – a été menacé par Israël à Gaza lorsque le ministre israélien du Patrimoine, Amichai Eliyahu, a suggéré la possibilité de frappes nucléaires . 

Ce qui est clair à ce stade, c’est que les États arabes qui ont normalisé leurs relations avec Tel Aviv ne montrent aucune intention de revenir sur ces accords. Après tout, leurs pactes n’étaient pas des traités de paix mettant fin à un état de guerre qui n’a jamais existé avec Israël ; ce sont des accords d’alliance englobant diverses facettes de la diplomatie, de la coopération militaire, de la sécurité, des finances et du commerce. 

Au contraire, après les événements du 7 octobre, les régimes arabes de normalisation semblent miser sur leur alliance israélienne pour l’emporter sur leurs adversaires régionaux de l’ Axe de la Résistance . Ils perçoivent les événements de Gaza, tout comme les États-Unis et les Israéliens, comme une menace pour Israël et, par extension, pour leurs propres intérêts régionaux. 

Leur objectif est de transformer cette menace en une opportunité d’éliminer la résistance à Gaza – tout comme ils ont réorienté les soulèvements arabes de 2011 pour paralyser leurs ennemis de l’Axe de la Résistance. Si leur pari sur Tel Aviv réussit, ils pourront éluder l’épineuse question palestinienne et ouvrir la voie à un nouvel ordre régional avec Israël en son centre. 

Cette vision a été articulée par MbS et d’autres responsables soutenant la normalisation, culminant lors des discussions lors du sommet du G20 à New Delhi en septembre dernier lorsqu’un projet a été annoncé pour améliorer le transport et la communication entre l’Inde et l’Europe via les États du Golfe Persique, avec Israël comme centre central. moyeu.

L’alliance américano-israélienne, aux côtés des États arabes en voie de normalisation, poursuit activement ce réarrangement régional alors que Gaza brûle. Cependant, leurs progrès sont entravés par le fait qu’Israël est confronté à des défis importants pour vaincre la résistance à Gaza, et potentiellement l’ensemble de l’Axix de la Résistance en Asie occidentale. 

🔗Source : The Cradle traduite par RV7 NEWS


Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments