Le changement climatique et les tendances en matière de consommation d’alcool ébranlent les producteurs de vin canadiens

4 min read

Le changement climatique et les tendances en matière de consommation d’alcool ébranlent les producteurs de vin canadiens

Par Ben Cousins , BNN Bloomberg

Les producteurs de vin des deux plus grands marchés du Canada se disent de plus en plus préoccupés par le fait que le changement climatique et l’évolution des tendances en matière de consommation nuisent à l’industrie.

Miles Prodan, président-directeur général de Wine Growers British Columbia, a déclaré que le changement climatique a alimenté la sécheresse en été, les inondations en automne et le gel en hiver – une combinaison de facteurs météorologiques qui a réduit de moitié la production de raisin de la Colombie-Britannique cette année.

« Nous avons constaté un déclin constant au fil des ans, mais en réalité, l’année dernière, un épisode de gel en décembre a été catastrophique et a entraîné une perte de 50 pour cent de la récolte de ce millésime en 2023 », a-t-il déclaré à BNNBloomberg.ca. lors d’un entretien téléphonique.

En décembre 2022, la région de l’Okanagan, en Colombie-Britannique, a été confrontée à des températures record, tombant jusqu’à -30 degrés Celsius dans certaines régions et laissant de fortes chutes de neige dans la majeure partie de la province.

Wine Growers British Columbia estime que les récoltes endommagées entraîneront la perte de 381 emplois dans le secteur et une perte de revenus de 133 millions de dollars, car 29 pour cent de la superficie totale de la province doit être replantée.

“Avec ce dernier coup dur dû au gel, il est devenu d’autant plus important pour nous de remplacer les raisins, mais cela prend plusieurs années”, a déclaré Prodan.

« Vous ne pouvez pas tout remplacer d’un coup, sinon vous n’auriez rien. Il faut de trois à cinq ans pour que ces raisins s’établissent et produisent à nouveau des raisins pour le vin.

APPEL À L’AIDE DU GOUVERNEMENT

Prodan fait pression sur les gouvernements fédéral et provincial pour qu’ils l’aident avec un « programme de replantation » conçu pour aider les producteurs à reconstituer leurs cultures endommagées.

En 2022, le gouvernement fédéral a annoncé un financement de 166,2 millions de dollars sur deux ans pour « mettre en œuvre un programme visant à aider l’industrie vinicole canadienne à s’adapter aux défis actuels et émergents ».

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE DÉFIS POUR L’INDUSTRIE MONDIALE

Les baisses de production de vin dues aux conditions météorologiques extrêmes ne sont pas exclusives à la Colombie-Britannique.

Un rapport publié la semaine dernière par l’Organisation internationale de la vigne et du vin révèle que la production mondiale de vin en 2023 est à son plus bas niveau depuis 60 ans.

Le rapport révèle que des conditions météorologiques défavorables en Europe, aux États-Unis et dans les pays à plus forte croissance de l’hémisphère Sud ont nui à la production. Le seul pays de l’hémisphère Sud dont la production est supérieure à la moyenne est la Nouvelle-Zélande.

“Une fois de plus, les conditions climatiques extrêmes, telles que les gelées précoces, les fortes pluies et la sécheresse, ont eu un impact significatif sur la production du vignoble mondial”, indique le rapport. “Cependant, dans un contexte où la consommation mondiale est en baisse et où les stocks sont élevés dans de nombreuses régions du monde, la faible production attendue pourrait équilibrer le marché mondial.”

LES Vignobles de l’Ontario font face à une demande décroissante

Pendant ce temps, en Ontario, une grave sécheresse en août 2021, suivie de fortes pluies à l’automne, a endommagé le millésime 2022 de la province. La dévastation a donné lieu à un financement de 8 millions de dollars en secours aux sinistrés de la part des gouvernements provincial et fédéral.

Aaron Dobbin, président et chef de la direction de Wine Growers Ontario, a déclaré que la récolte ontarienne a bien rebondi depuis, mais que l’industrie est confrontée à un autre problème : la baisse de la demande. 

« Même si la production a rebondi, la demande des consommateurs est en baisse », a-t-il déclaré à BNNBloomberg.ca. « Nous avons constaté une baisse de la demande des consommateurs pour le vin de l’Ontario entre cinq et huit pour cent, selon le canal de distribution. Le tonnage de raisin est revenu, mais la demande de raisin est en baisse.

Selon Wines in Niagara , il restait plus de 4 000 tonnes de raisins sur les vignes à vendre à la mi-octobre, ce qui risque de entraîner des pertes de plusieurs millions de dollars s’ils ne sont pas vendus.

Cela survient alors que l’augmentation du nombre de Canadiens « sobres et curieux » a conduit à un boom du marché des boissons non alcoolisées. Selon un rapport de juin du Conference Board du Canada , le secteur des boissons non alcoolisées a contribué pour 5 milliards de dollars à l’économie canadienne en 2019, bien que ces chiffres incluent les boissons gazeuses et pas seulement les versions non alcoolisées des boissons alcoolisées.

« Nous constatons une baisse de la quantité de vin consommée, pas seulement du vin de Colombie-Britannique, mais partout dans le monde et certainement ici dans la province, il y a eu une baisse des ventes de vin », a déclaré Prodan.

CAUSE D’OPTIMISME

Ensemble, l’Ontario et la Colombie-Britannique représentaient 95 pour cent de la production vinicole du Canada en 2015, selon le Foreign Agricultural Service du ministère de l’Agriculture des États-Unis.

Malgré les défis, Prodan ne croit pas que l’industrie vinicole de la Colombie-Britannique soit en train de mourir.

« Mère Nature est Mère Nature et nous ferons ce que nous devons faire, mais cela nécessitera vraiment un certain soutien pour garantir que nous sommes bien protégés contre ce qui nous attend, dont nous savons qu’il s’agit d’une augmentation et d’événements continus liés au changement climatique. ,” il a dit.

Plus tôt cette année, Wine Growers Ontario a publié sa vision pour 2030 , qui comprend un plan visant à accroître la consommation nationale de vin en Ontario, la mettant ainsi au niveau de juridictions similaires. D’ici 2030, WGO espère que 20 pour cent du vin consommé en Ontario proviendra de producteurs ontariens.

« Avec les bonnes politiques en place, nous pensons que notre industrie a de nombreuses opportunités. En particulier, l’Ontario offre de nombreuses possibilités de croissance », a déclaré Dobbin.

« Si nous pouvons améliorer notre part de marché, même avec des ventes stables ou en baisse… nous avons beaucoup de marge pour améliorer notre part de marché en Ontario, ce qui permettrait à notre industrie de croître.

Dobbin demande aux gouvernements provincial et fédéral de réduire le taux d’imposition sur les vins de l’Ontario, ce qui aiderait l’industrie dans sa production et sa publicité.

Les porte-parole des ministères de l’Agriculture du fédéral, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter.

🔗Source : Bnn Bloomberg traduite par RV7 NEWS


Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments