Le CDC attribue un contrat de 260 millions de dollars pour la surveillance des maladies

2 min read

Ces programmes incluent la surveillance des médias sociaux.

Par Cindy Harper

Faisant un grand pas en avant vers l’État de surveillance, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont dévoilé leur intention de soutenir un effort colossal en matière de santé avec une somme considérable de plus de 260 millions de dollars. L’objectif est une agrégation sans précédent de données individuelles et communautaires aboutissant à un modèle prédictif. Toutefois, certains critiques affirment que cette initiative comporte une menace sérieuse d’abus potentiel.

Cet investissement colossal vise à mettre en place un vaste réseau « public-privé ». Exploitant les prouesses de l’intelligence artificielle (IA), la superposition technologique sophistiquée assimilera des quantités sans précédent de données et engendrera des algorithmes qui anticiperont les épidémies. Ces modèles complexes et futuristes dotés de capacités prédictives pourraient ensuite guider les cohortes locales, étatiques et nationales dans l’établissement de « mesures de contrôle » appropriées pour les épidémies.

Le plan dévoilé la semaine dernière fait état d’un financement estimé à 262,5 millions de dollars répartis sur cinq ans, visant à créer 13 centres de prévision et d’analyse des maladies infectieuses à travers les États-Unis. Ce réseau canalisera l’effort coordonné pour prédire et contrôler les épidémies.

Plusieurs universités impliquées dans des activités de modélisation et de réponse au COVID-19 recevraient chacune environ 20 millions de dollars de cet investissement. Il s’agit notamment du Johns Hopkins Center for Health Security, qui a organisé la simulation Event 201, et de la Gillings School of Public Health de l’Université de Caroline du Nord, connue pour ses recherches sur le gain de fonction dirigées par Ralph Baric.

Deux entités privées – Kaiser Permanente Southern California et une « organisation de préparation aux catastrophes » nommée International Responder Systems LLC, seront également des participants.

Engageant plusieurs entités estimées, peu de centres impliquent des chercheurs du Département américain de la Défense (DOD) et des sociétés de bio-ingénierie dans l’initiative. Ces équipes visent à inventer de nouveaux équipements et plates-formes de modélisation basés sur l’IA et l’apprentissage automatique pour la cause.

L’aspect préoccupant des propositions concerne les données.

Alors que certaines entités surveillent des facteurs tels que les virus détectés dans les eaux usées, d’autres récupèrent des données auprès des compagnies d’assurance maladie, des prestataires de soins de santé, des services de santé locaux, et certaines collectent même des données à partir d’historiques de recherche individuels, de communications personnelles, de publications sur les réseaux sociaux et de dossiers de santé.

Ces praticiens testeront des outils de suivi et de prévision dans les communautés voisines ou parmi certains groupes démographiques et continueront à étendre les projets réussis.

La nouvelle initiative dirigée par le CDC, fonctionnant comme une prévision des maladies infectieuses, est exécutée dans le cadre du nouveau Centre de prévision et d’analyse des épidémies (CFA). Lancé par l’administration Biden, le CFA cherche à modéliser, prédire et contrôler les épidémies dans toute l’Amérique.

Ironiquement, le CFA a des tendances clairement entrepreneuriales, avec des liens étroits avec le secteur privé, bien qu’il soit établi au sein d’un organisme gouvernemental orbital. L’énorme financement qu’elle reçoit et ses liens étroits avec des sociétés privées soulèvent d’importantes préoccupations en matière de confidentialité.

Source : Reclaim The Net

Traduction : RV7 NEWS

Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments