Un microbe intestinal qui guérit l’intestin est en train de mourir

6 min read

L. reuteri disparaît du microbiome alors même que nous découvrons davantage de ses avantages

Par Amy Denney

La cuisine de Donna Schwenk regorge de bactéries, ce qui n’est pas surprenant après plus de deux décennies de culture d’aliments à des fins curatives, d’abord dans le cadre d’une mission personnelle visant à guérir son bébé et maintenant pour son entreprise.

Pourtant, elle était un peu réticente à essayer une nouvelle bactérie. Après tout, sa santé était au meilleur de sa forme et son entreprise, Cultured Food Life, se développait. Auteure de trois livres à succès et animatrice de podcasts, Mme Schwenk avait les mains pleines avec ses cours, enseignant aux autres les tenants et les aboutissants de la façon de créer leur propre laboratoire de fermentation à la maison.

Elle a commencé à contrecœur à cultiver du yaourt avec une nouvelle souche bactérienne – Limosilactobacillus (anciennement Lactobacillus) reuteri, sous les encouragements du Dr William Davis, cardiologue et auteur de plusieurs livres, dont « Super Gut ». Le Dr Davis lui a également demandé d’en manger quotidiennement pendant un an.

« Cela m’a époustouflé. Je pensais que j’étais vraiment intelligent. Je pensais que je savais tout”, a-t-elle déclaré. “Ils utilisent L. reuteri pour nettoyer les cuves de fermentation parce que c’est très fort.”

Mme Schwenk a déclaré que l’intestin humain est également une cuve de fermentation, car il nourrit la croissance de nombreuses bactéries différentes, dont certaines peuvent également devoir être nettoyées. C’est là qu’intervient L. reuteri.

« Cela tuera tous les autres [microbes] qui n’ont pas leur place là-bas, et il prospérera. C’est pourquoi cela fonctionne si bien pour les gens, car dans cette zone gastro-intestinale supérieure, sans L. reuteri, vous commencez à avoir des problèmes si vous y trouvez d’autres bactéries.

Mme Schwenk a commencé à l’offrir à des amis, dont un qui souffrait de diarrhée chronique et ne pouvait pas quitter la maison. Le soulagement de la douleur et de l’embarras s’est produit en quelques jours seulement. D’autres témoignages incluent une amélioration de l’énergie et de la santé mentale, moins de fatigue musculaire, une respiration plus facile, une suppression de l’appétit, etc.

Une seule espèce bactérienne peut avoir des effets étendus dans l’intestin en modifiant l’ensemble de la communauté microbienne du microbiome humain – l’ensemble des bactéries, virus et champignons.

Dans le cas de L. reuteri, il inhibe la croissance des espèces pathogènes tout en remodelant le biome, profite à l’immunité de l’hôte et diminue la translocation des bactéries du tractus gastro-intestinal vers la circulation sanguine ou le système lymphatique, ce qui est considéré comme une cause profonde du syndrome auto-immun. maladie.

Les origines de L. Reuteri

Découverte en 1962, L. reuteri colonise le tractus gastro-intestinal humain et peut résister à un large éventail de pH environnements, ce qui en fait une bactérie bénéfique rare qui peut proliférer dans l’intestin grêle. En règle générale, la prolifération bactérienne dans l’intestin grêle peut entraîner des problèmes digestifs, mais pas avec L. reuteri. À l’époque de sa découverte, L. reuteri était présente chez environ 30 à 40 pour cent de la population. Un article du Science Daily de 2010 indiquait que sa présence était alors tombée à 10 ou 20 pour cent. Le Dr Davis et d’autres affirment que son niveau est désormais de 4 pour cent.

Comme beaucoup d’autres bactéries qui disparaissent du microbiome humain, l’extinction de L. reuteri est liée à la surutilisation d’antibiotiques, au glyphosate, aux émulsifiants présents dans les aliments transformés et aux bloqueurs d’acide gastrique. Le Dr Davis a déclaré à Epoch Times que L. reuteri est très susceptible de mourir à cause des antibiotiques.

“Même si le reuteri est omniprésent chez les mammifères et dans les populations humaines indigènes comme la Nouvelle-Guinée ou dans la forêt tropicale brésilienne, presque personne dans le monde moderne n’a plus de reuteri parce que nous l’avons tous tué”, a-t-il déclaré.

On pense que L. reuteri est conférée aux nourrissons par des mères allaitantes. Des échantillons de lait maternel provenant de différentes régions dans une étude réalisée en 2008 dans Microbial Ecology in Health and Disease illustrent les différences entre la composition bactérienne du lait maternel par pays. L’allaitement maternel se traduit par une meilleure protection contre les maladies infantiles telles que l’asthme et l’obésité.

Environ la moitié des mères du Japon et de Suède étaient porteuses de L. reuteri. Les mères d’Afrique du Sud, d’Israël et du Danemark présentaient des niveaux très faibles, voire indétectables. La vie urbaine et rurale ne semble pas jouer un rôle significatif, même si les auteurs ont émis l’hypothèse que l’alimentation pourrait être un facteur. Le régime japonais, par exemple, est riche en aliments fonctionnels, probiotiques et fermentés.

Une étude de l’Université de Stanford comparant les régimes alimentaires riches en fibres à ceux riches en aliments fermentés donne de la crédibilité à l’idée selon laquelle la consommation d’aliments riches en probiotiques diversifie les bactéries intestinales. Selon les résultats publiés en 2021 dans Cell, les personnes assignées au hasard à un régime alimentaire fermenté pendant 10 semaines ont développé plus rapidement leur microbiome et ont également présenté une diminution des signes moléculaires d’inflammation associés à la maladie.

L. Reuteri et infections intestinales

L. reuteri semble avoir une relation bidirectionnelle entre la santé intestinale et la maladie. Plusieurs études montrent que les propriétés antimicrobiennes de L. reuteri sont la version naturelle d’un antibiotique, capable de protéger l’organisme contre les infections intestinales.

Il existe diverses souches de L. reuteri qui subissent un processus métabolique produisant de l’acide lactique, de l’acide acétique, de l’éthanol et/ou de la reutéricycline. Ces métabolites se sont révélés efficaces contre des agents pathogènes tels que Escherichia coli, Clostridium difficile, Salmonella et Helicobacter pylori (H. pylori), selon un article de revue de Frontiers Microbiology de 2018 .

Les infections à L. pylori sont une cause majeure de gastrite chronique et d’ulcères gastroduodénaux, en plus d’un facteur de risque de cancers gastro-intestinaux (GI). La supplémentation en L. reuteri est particulièrement efficace pour diminuer la charge bactérienne de H. pylori lorsque les deux sont en compétition pour la nourriture et les ressources. Certaines études ont montré que L. reuteri a le potentiel d’éradiquer complètement H. pylori.

Un article de revue de Frontiers Immunology publié en août explique le mécanisme d’action de L. reuteri comme suit : le microbe est capable de résister à l’environnement acide de l’intestin grêle et d’adhérer aux cellules épithéliales intestinales où il commence à réguler la flore intestinale, à renforcer la barrière muqueuse, réguler les cellules immunitaires, améliorer l’activité antioxydante et réguler le système immunitaire de l’hôte.

L. reuteri a été utilisé avec succès dans les maladies gastro-intestinales comme les coliques, qui peuvent toucher jusqu’à 20 pour cent des nouveau-nés, et la diarrhée. Cet antagoniste pathogène y parvient notamment en sécrétant un exopolysaccharide , capable de former du mucus qui resserre les jonctions de la barrière muqueuse intestinale et commence à guérir les lésions gastro-intestinales.

Les bactéries L. reuteri ont la capacité de produire du mucus qui aide la barrière intestinale à former des jonctions serrées qui peuvent mieux empêcher les agents pathogènes et les toxines de pénétrer dans la circulation sanguine.

L’essor du SIBO

C’est une théorie logique selon laquelle la disparition de L. reuteri est liée à la prolifération bactérienne de l’intestin grêle (SIBO), ce qui fait de sa réintroduction dans le tractus gastro-intestinal une alternative intéressante aux antibiotiques d’ordonnance sévères pour cette maladie.

Le SIBO est la présence excessive de bactéries dans l’intestin grêle qui provoquent des symptômes tels que des douleurs abdominales, des ballonnements, de la diarrhée et parfois une malabsorption. L’acide gastrique et le péristaltisme (contractions qui déplacent les aliments dans le tube digestif) sont des mécanismes de protection conçus pour protéger l’intestin grêle contre une croissance bactérienne excessive. La plupart des troubles gastro-intestinaux non spécifiques sont désormais considérés comme du SIBO.

« Le SIBO est repoussé par ce microbe. Il existe diverses façons de mesurer cela, y compris en effectuant des tests », a déclaré le Dr Davis.

Outre les tests respiratoires qui mesurent la quantité d’hydrogène ou de méthane que vous expirez, des marqueurs inflammatoires, la tension artérielle, l’indice de masse corporelle, les triglycérides et les symptômes liés à la maladie inflammatoire de l’intestin ont été associés au SIBO et influencés par L. reuteri, selon le Dr. .Davis.

Maladies associées à L. Reuteri

La faiblesse des barrières intestinales – parfois appelée « fuite intestinale » – a été impliquée dans un certain nombre de maladies, en particulier les maladies auto-immunes. Selon la revue de 2018, de nombreuses études ont montré que L. reuteri induit des cellules T régulatrices anti-inflammatoires , ou cellules Treg, qui jouent un rôle dans la prévention de l’auto-immunité, la suppression des tempêtes de cytokines et la limitation des maladies inflammatoires chroniques.

Cela fait de L. reuteri un bon candidat pour la prévention des maladies ainsi que pour la gestion des symptômes. “En effet, le potentiel thérapeutique de diverses souches de L. reuteri a été étudié dans diverses maladies et les résultats sont prometteurs dans de nombreux cas”, indique l’étude. « La sécurité et la tolérance de L. reuteri ont été prouvées par de nombreuses études cliniques. »

Parmi quelques études intéressantes :

  • Cancer du côlon : de faibles niveaux de L. reuteri et de reutérine sont liés au cancer du côlon, selon une recherche publiée dans Cell en 2022 . L’étude a révélé que L. reuteri était protecteur contre la formation de tumeurs dans le côlon, les niveaux de L. reuteri et de reutérine étant réduits chez les souris et les humains atteints d’un cancer du côlon. Chez la souris, la bactérie et son métabolite diminuent la croissance tumorale et prolongent la survie.
  • Obésité et dépression : une souche de L. reuteri a été démontrée dans une étude Frontiers in Pharmacology de 2023 pour atténuer les comportements de type dépressif et les comorbidités liées à l’obésité chez la souris. Ils ont constaté une amélioration de leurs lipides sanguins et de leur résistance à l’insuline. Les bactéries ont également réduit l’inflammation du foie, resserré les jonctions intestinales et atténué la dysbiose, ou le déséquilibre global des microbes intestinaux.
  • Constipation : l’utilisation de L. reuteri pour traiter les symptômes de gaz, de douleurs abdominales, de ballonnements et de défécation incomplète a conduit à de meilleurs résultats par rapport à un placebo dans un essai en double aveugle publié en 2017 dans Beneficial Microbes. 

Procéder avec prudence

Bien que ce microbe soit très prometteur, il existe quelques réserves. Premièrement, il existe de nombreuses souches différentes de L. reuteri qui semblent avoir des applications spécifiques.

En outre, comme le prévenait l’article de synthèse de 2023 , la génétique de l’hôte et l’épigénétique – en particulier l’alimentation – semblent diversifier les réponses immunitaires. D’autres sujets de préoccupation concernent le dosage, la qualité de la conception des études avec les sujets et les témoins, la durée de l’intervention et l’effet synergique de plusieurs souches, qui pourraient être bénéfiques mais potentiellement dommageables.

« Les souches mixtes pourraient devenir incontrôlables en raison de la vitesse de reproduction incohérente de chaque souche, perturbant ainsi l’équilibre et entravant le contrôle de la microécologie », selon la revue.

Les souches faibles préoccupaient le Dr Davis, c’est pourquoi il a cultivé la bactérie dans du yaourt en utilisant une dose supplémentaire destinée aux nouveau-nés (la seule disponible au début de ses investigations). Grâce à la cytométrie en flux, il a pu fermenter et multiplier la dose de 100 millions à 300 milliards.

Comparé à d’autres yaourts, il est un peu plus difficile à cultiver (nécessitant une température soutenue de 100 degrés pendant 36 heures) et il semble qu’une colonisation intestinale permanente soit peu probable, il faudrait donc la maintenir par l’alimentation, a déclaré le Dr Davis. Le microbe suscite cependant beaucoup d’attention, avec 21 études réalisées en 2005, contre 200 l’année dernière dans la base de données PubMed.

“Jusqu’à présent, toutes les observations faites chez la souris se révèlent vraies chez l’homme, de manière anecdotique et lors d’essais cliniques”, a déclaré le Dr Davis. “En d’autres termes, nous constatons qu’une grande partie du phénomène moderne recule en recolonisant l’intestin supérieur avec reuteri.”

Les seules personnes qui devraient être prudentes avec L. reuteri – ou prendre des doses réduites – sont les femmes enceintes ou ayant leurs règles et les enfants, a-t-il déclaré. En effet, lorsque les femmes accouchent, leurs niveaux d’ocytocine augmentent. On pense que L. reuteri agit également en augmentant la production d’ocytocine , l’hormone dite de « l’amour » qui facilite les liens, bien que le mécanisme d’action ne soit pas bien compris.

Source : The Epoch Times

Traduction : RV7 NEWS

Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments