Hongrie : les achats de vaccins contre le Covid-19 par l’UE sentent la corruption

4 min read

Von der Leyen nie toute implication directe dans les négociations sur les vaccins

Par MAGYAR NEMZET

Au sein de la Commission européenne, l’achat des vaccins Pfizer est entouré depuis un certain temps de soupçons de corruption, notamment en ce qui concerne les négociations entre la présidente de la CE, Ursula von der Leyen, et le PDG de Pfizer, Albert Bourla, qui se sont déroulées au moyen de SMS qui ont ensuite « disparu ».

“Il est clair que ces vaccins ont été commandés et imposés aux États membres en quantités inutilement importantes”, a déclaré le Centre d’information du gouvernement hongrois en réponse à une demande du quotidien Magyar Nemze t, après avoir appris que Pfizer et BioNTech avaient intenté une action en justice contre le gouvernement hongrois. gouvernement hongrois en janvier de cette année au sujet de l’achat de certains vaccins contre le Covid-19.

Selon des documents obtenus par Politico, les plaignants réclament à la Hongrie le paiement de 3 millions de vaccins BioNTech/Pfizer, d’une valeur d’environ 60 millions d’euros.

Le témoignage de Pfizer réfute l’affirmation de Biden selon laquelle les vaccins arrêteraient la transmission du COVID

Source vidéo : Remix News & Views LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DE PFIZER ADMET : « NOUS N’avons JAMAIS TESTÉ LE VACCIN CONTRE LA TRANSMISSION COVID » Site Web : https://rmx.news

Von der Leyen a eu des entretiens préliminaires avec le patron de Pfizer en mars 2021 sur l’achat du vaccin contre le coronavirus et a virtuellement convenu des détails par SMS avec le PDG du géant pharmaceutique, Albert Bourla. Une enquête sur cet accord, d’un montant d’environ 35 milliards d’euros, a été ouverte en janvier 2022, mais l’équipe du président de la Commission européenne n’a pas réussi à retrouver les SMS en question.

La Médiatrice européenne Emily O’Reilly a conclu que von der Leyen avait délibérément entravé son travail en affirmant n’avoir trouvé aucun message texte entre le président de la Commission européenne et Bourla. Il est apparu plus tard qu’ils auraient uniquement examiné les registres de documents internes, et non les messages texte, estimant qu’ils étaient de trop courte durée et qu’ils n’étaient donc pas couverts par la législation européenne sur la conservation des documents politiques.

La commissaire européenne anti-hongroise Vera Jourová, également soupçonnée de corruption, n’a pu que défendre von der Leyen, invoquant le caractère éphémère et éphémère des SMS.

Cependant, selon la médiatrice Emily O’Reilly, le comportement des membres de la commission n’a pas respecté la transparence requise par les règles de l’UE et aucune tentative n’a été faite pour mener une enquête approfondie sur cette affaire.

La présidente de la Commission européenne s’est également défendue en affirmant qu’elle n’était pas impliquée dans les négociations et que les messages n’avaient pas influencé le cours de l’accord. Ce n’est pas un hasard si von der Leyen a tenté de minimiser l’importance des négociations par SMS, car l’achat des vaccins Pfizer a également entraîné une perte financière pour l’Union européenne : selon les termes du méga-contrat avec Pfizer et BioNTech , Bruxelles achètera 900 millions de doses de vaccins pour une valeur de 35 milliards de dollars entre fin 2020 et 2023, avec une option pour 900 millions de doses supplémentaires.

Source : Rmx News traduite par RV7 NEWS


Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments