Le Département de la Défense américaine signe un contrat avec une société de surveillance des médias sociaux

2 min read

De nouvelles révélations concernant un accord contractuel de 2,5 millions de dollars entre la Defense Information Systems Agency (DISA) à Fort George G. Meade et le scrutateur des médias sociaux Dataminr ont émergé. Ces affirmations, dévoilées par un avis du gouvernement américain , suggèrent qu’une nouvelle ère de surveillance numérique se profile à l’horizon, de plus en plus troublante dans la mesure où elle renforce une surveillance à grande échelle et ayant potentiellement des implications sur la liberté d’expression et la protection de la vie privée.

Fort Meade, également connu comme le volant de la principale organisation de renseignement électromagnétique du gouvernement américain, la National Security Agency, a apparemment conclu un accord discret pour étendre ses services d’espionnage.

DISA, idéalement situé à Fort Meade, est désormais censé être largement exposé aux publications publiques de diverses plateformes de médias sociaux, dont X, anciennement Twitter.

Dataminr est une société spécialisée dans la découverte d’informations en temps réel basée sur l’IA et est connue pour détecter, classer et déterminer l’importance des informations publiques en temps réel. Il est plausible que des entités gouvernementales, y compris le ministère de la Défense, puissent exploiter des services tels que Dataminr pour surveiller les médias sociaux et d’autres sources de données publiques afin de maintenir une connaissance de la situation et de répondre plus rapidement aux événements ou menaces émergents.

Lorsque les passionnés de la vie privée et les défenseurs de la liberté d’expression examinent l’utilisation par le gouvernement d’outils comme Dataminr, ils se heurtent à une forte dose de suspicion, et à juste titre. Les implications potentielles pour la liberté personnelle, les droits civils et les piliers de la démocratie sont considérables. Il y a une inquiétude imminente quant au fait que le gouvernement, potentiellement avec une laisse trop lâche, exploite ces outils pour espionner des activités licites et des personnes vivant leur vie quotidienne sans intentions criminelles.

L’étendue et la profondeur des données qui peuvent être collectées – passant souvent sous les radars des individus et sans leur feu vert – sont considérées comme intrusives, tirant la sonnette d’alarme quant à la perte du privilège de l’anonymat sur le Web. Le fait de savoir que nos chuchotements en ligne et nos empreintes numériques peuvent être sous un œil vigilant peut freiner la liberté d’expression. Cela peut amener les gens à réfléchir à deux fois avant d’exprimer des opinions qui vont à contre-courant ou qui font bouger les choses.

Source : Reclaim the net

Traduction : RV7 NEWS

Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments