Pas de répit pour la France alors que surgit une « Nouvelle Afrique »

18 min read

Par Pépé Escobar

Tels des dominos, les États africains échappent un à un aux chaînes du néocolonialisme. Le Tchad, la Guinée, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et maintenant le Gabon disent « non » à la domination de longue date de la France sur les affaires financières, politiques, économiques et sécuritaires de l’Afrique.

En ajoutant deux nouveaux États membres africains à sa liste, le sommet de la semaine dernière à Johannesburg, annonçant l’élargissement des 11 BRICS, a montré une fois de plus que l’intégration eurasienne est inextricablement liée à l’intégration de l’Afro-Eurasie.

La Biélorussie propose désormais d’organiser un sommet conjoint entre les BRICS 11, l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et l’Union économique eurasiatique (EAEU). La vision du président Alexandre Loukachenko concernant la convergence de ces organisations multilatérales pourrait, le moment venu, conduire à la Mère de tous les sommets de la multipolarité.

Mais l’Afro-Eurasie est une proposition beaucoup plus compliquée. L’Afrique est encore loin derrière ses cousins ​​eurasiens sur la voie visant à briser les chaînes du néocolonialisme.   

Le continent est aujourd’hui confronté à d’horribles difficultés dans sa lutte contre les institutions financières et politiques profondément enracinées de la colonisation , en particulier lorsqu’il s’agit de briser l’hégémonie monétaire française sous la forme du Franc CFA – ou de la Communauté Financière Africaine (Communauté Financière Africaine). 

Pourtant, les dominos tombent les uns après les autres : le Tchad, la Guinée, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et maintenant le Gabon. Ce processus a déjà fait du président du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, un nouveau héros du monde multipolaire – alors qu’un Occident collectif abasourdi et confus ne peut même pas commencer à comprendre le retour de flamme représenté par ses 8 coups d’État en Afrique de l’Ouest et centrale en moins de 3 années. 

Au revoir Bongo 

Des officiers militaires ont décidé de prendre le pouvoir au Gabon après que le président ultra-pro-français Ali Bongo ait remporté une élection douteuse qui « manquait de crédibilité ». Les institutions ont été dissoutes. Les frontières avec le Cameroun, la Guinée équatoriale et la République du Congo ont été fermées. Tous les accords de sécurité avec la France ont été annulés. Personne ne sait ce qu’il adviendra de la base militaire française.

Tout cela a été très populaire : les soldats sont descendus dans les rues de la capitale Libreville en chantant joyeusement, acclamés par les spectateurs.  

Bongo et son père, qui l’ont précédé, dirigent le Gabon depuis 1967. Il a fait ses études dans une école privée française et est diplômé de la Sorbonne. Le Gabon est un petit pays de 2,4 millions d’habitants doté d’une petite armée de 5 000 hommes qui pourrait tenir dans le penthouse de Donald Trump. Plus de 30 pour cent de la population vit avec moins d’un dollar par jour et, dans plus de 60 pour cent des régions, n’a aucun accès aux soins de santé et à l’eau potable. 

L’armée a qualifié les 14 années de règne de Bongo de conduisant  à une « détérioration de la cohésion sociale » qui plongeait le pays « dans le chaos ».

Suite au coup d’ État, la société minière française  Eramet a suspendu ses opérations. C’est un quasi-monopole. Le Gabon regorge de richesses minérales somptueuses – en or, diamants, manganèse, uranium, niobium, minerai de fer, sans parler du pétrole, du gaz naturel et de l’hydroélectricité. Au Gabon, membre de l’OPEP, la quasi-totalité de l’économie tourne autour de l’exploitation minière.   

Le cas du Niger est encore plus complexe. La France exploite de l’uranium et du pétrole de haute pureté ainsi que d’autres types de richesses minérales. Et les Américains sont sur place, opérant trois bases au Niger comptant jusqu’à 4 000 militaires. Le nœud stratégique clé de leur « Empire des bases » est l’installation de drones d’Agadez, connue sous le nom de base aérienne du Niger 201, la deuxième plus grande d’Afrique après Djibouti.  

Les intérêts français et américains s’affrontent cependant lorsqu’il s’agit de la saga du gazoduc transsaharien. Après que Washington ait rompu le cordon ombilical entre la Russie et l’Europe en bombardant les Nord Streams, l’UE, et en particulier l’Allemagne, avaient cruellement besoin d’une alternative. 

L’approvisionnement en gaz algérien parvient à peine à couvrir le sud de l’Europe. Le gaz américain est horriblement cher. La solution idéale pour les Européens serait que le gaz nigérian traverse le Sahara puis la Méditerranée profonde. 

Le Nigeria, avec 5,7 billions de mètres cubes, possède encore plus de gaz que l’Algérie et peut-être le Venezuela. À titre de comparaison, la Norvège en possède 2 000 milliards de mètres cubes. Mais le problème du Nigeria est de savoir comment acheminer son gaz vers des clients éloignés – le Niger devient donc un pays de transit essentiel.  

En ce qui concerne le rôle du Niger, l’énergie est en réalité un enjeu bien plus important que l’uranium tant vanté – qui n’est en fait pas si stratégique ni pour la France ni pour l’UE car le Niger n’est que le 5ème fournisseur mondial, loin derrière le Kazakhstan et le Canada . . 
Pourtant, le cauchemar ultime des Français est de perdre les juteux contrats sur l’uranium et un remix du Mali : la Russie, post-Prighozin, arrive en force au Niger avec une expulsion simultanée de l’armée française. 

Ajouter le Gabon ne fait que rendre les choses plus difficiles. L’influence croissante de la Russie pourrait conduire à renforcer les lignes d’approvisionnement des rebelles au Cameroun et au Nigeria, ainsi qu’à favoriser un accès à la République centrafricaine, où la présence russe est déjà forte.  

Il n’est pas étonnant que le francophile Paul Biya, au pouvoir depuis 41 ans au Cameroun, ait opté pour une purge de ses forces armées après le coup d’État au Gabon. Le Cameroun pourrait être le prochain domino à tomber. 

La CEDEAO rencontre l’AFRICOM 
Les Américains, dans l’état actuel des choses, jouent au Sphynx. Il n’existe jusqu’à présent aucune preuve que l’armée nigérienne souhaite la fermeture de la base d’Agadez. Le Pentagone a investi une fortune dans ses bases pour espionner une grande partie du Sahel et surtout de la Libye. 
La seule chose sur laquelle Paris et Washington sont d’accord, c’est que, sous le couvert de la CEDEAO (la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), les sanctions les plus sévères possibles devraient être imposées à l’un des pays les plus pauvres du monde (où seulement 21 % de la population est pauvre). accès à l’électricité) – et elles devraient être bien pires que celles imposées à la Côte d’Ivoire en 2010.  

Ensuite, il y a la menace de guerre. Imaginez l’absurdité de l’invasion de la CEDEAO dans un pays qui mène déjà deux guerres contre le terrorisme sur deux fronts distincts : contre Boko Haram dans le sud-est et contre ISIS dans la région des Trois Frontières.

La CEDEAO, l’une des huit unions politiques et économiques africaines, est un gâchis proverbial. Il regroupe 15 pays membres – francophones, anglophones et un lusophone – en Afrique centrale et occidentale, et il est en proie à des divisions internes.

Les Français et les Américains voulaient d’abord que la CEDEAO envahisse le Niger comme leur marionnette de « maintien de la paix ». Mais cela n’a pas fonctionné en raison de la pression populaire qui s’y opposait. Ils ont donc opté pour une certaine forme de diplomatie. Pourtant, les troupes restent en attente et un mystérieux « jour J » a été fixé pour l’invasion. 

Le rôle de l’Union africaine (UA) est encore plus obscur. Initialement, ils se sont opposés au coup d’État et ont suspendu l’adhésion du Niger. Puis ils se sont retournés et ont condamné la possibilité d’une invasion soutenue par l’Occident. Les voisins ont fermé leurs frontières avec le Niger.  

La CEDEAO implosera sans le soutien des États-Unis, de la France et de l’OTAN. Il s’agit déjà essentiellement d’un chihuahua édenté – surtout après que la Russie et la Chine ont démontré, via le sommet des BRICS, leur soft power à travers l’Afrique. 

La politique occidentale dans le tourbillon du Sahel semble consister à sauver tout ce qu’elle peut d’une éventuelle débâcle totale – même si le peuple stoïque du Niger est insensible au récit que l’Occident tente de concocter. 

Il faut garder à l’esprit que le principal parti nigérien, le « Mouvement national de défense de la patrie » représenté par le général Abdourahamane Tchiani, est soutenu depuis le début par le Pentagone – avec une formation militaire.  

Le Pentagone est profondément implanté en Afrique et connecté à 53 nations. Le principal concept américain depuis le début des années 2000 a toujours été de militariser l’Afrique et d’en faire un fourrage pour la guerre contre le terrorisme. Comme le régime de Dick Cheney l’a expliqué en 2002 : « L’Afrique est une priorité stratégique dans la lutte contre le terrorisme ». 

C’est la base du commandement militaire américain AFRICOM et des innombrables « partenariats de coopération » mis en place dans le cadre d’accords bilatéraux. À toutes fins pratiques, AFRICOM  occupe de vastes étendues d’Afrique depuis 2007.

Comme mon franc colonial est doux

Il est absolument impossible pour quiconque dans les pays du Sud, dans la majorité mondiale ou dans le « Global Globe » (copyright Loukachenko) de comprendre les troubles actuels en Afrique sans comprendre les rouages ​​du néocolonialisme français . 

La clé, bien sûr, est le  franc CFA, le « franc colonial » introduit en 1945 en Afrique française, qui survit encore même après que le CFA – avec une astucieuse tournure terminologique – ait commencé à signifier « Communauté financière africaine ». 

Le monde entier se souvient qu’après la crise financière mondiale de 2008, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi avait appelé à la création d’une monnaie panafricaine indexée sur l’or. 

À l’époque, la Libye possédait environ 150 tonnes d’or, conservées dans son pays et non dans les banques de Londres, Paris ou New York. Avec un peu plus d’or, cette monnaie panafricaine aurait son propre centre financier indépendant à Tripoli – et le tout basé sur une réserve d’or souveraine. 

Pour de nombreux pays africains, il s’agissait là du plan B définitif pour contourner le système financier occidental. 

Le monde entier se souvient également de ce qui s’est passé en 2011. La première frappe aérienne sur la Libye a été effectuée par un avion de combat français Mirage. La campagne de bombardement de la France a commencé avant même la fin des pourparlers d’urgence à Paris entre les dirigeants occidentaux. 

En mars 2011, la France est devenue le premier pays au monde à reconnaître le Conseil national de transition rebelle comme gouvernement légitime de la Libye. En 2015, les courriels notoirement piratés de l’ancienne secrétaire d’État américaine Hillary Clinton révélaient ce que la France faisait en Libye : « le désir d’obtenir une plus grande part de la production pétrolière libyenne », d’accroître l’influence française en Afrique du Nord et de bloquer l’arrivée de Kadhafi. envisage de créer une monnaie panafricaine qui remplacerait le franc CFA imprimé en France. 

Il n’est pas étonnant que l’Occident collectif soit terrifié par la Russie en Afrique – et pas seulement à cause de la relève de la garde au Tchad, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et maintenant au Gabon : Moscou n’a jamais cherché à voler ou asservir l’Afrique. 

La Russie traite les Africains comme un peuple souverain, ne s’engage pas dans des guerres éternelles et ne vide pas l’Afrique de ses ressources en les payant une somme dérisoire. Pendant ce temps, les services de renseignements français et la « politique étrangère » de la CIA se traduisent par une corruption profonde des dirigeants africains et par l’élimination de ceux qui sont incorruptibles. 

Vous avez le droit à pas de politique monétaire 

Le racket du CFA fait ressembler la mafia à des punks des rues. Cela signifie essentiellement que la politique monétaire de plusieurs pays africains souverains est contrôlée par le Trésor français à Paris.

La banque centrale de chaque pays africain était initialement tenue de conserver au moins 65 pour cent de ses réserves annuelles de change dans un « compte d’opération » détenu au Trésor français, plus 20 pour cent supplémentaires pour couvrir les « passifs » financiers. 

Même après quelques « réformes » modérées mises en œuvre depuis septembre 2005, ces pays étaient toujours tenus de transférer 50 % de leurs devises vers Paris, plus 20 % de TVA.

Et c’est encore pire. Les banques centrales du CFA imposent un plafond de crédit à chaque pays membre. Le Trésor français investit ces réserves de change africaines en son propre nom à la Bourse de Paris et en retire des profits massifs aux frais de l’Afrique.

La dure réalité est que plus de 80 % des réserves de change des pays africains se trouvent dans des « comptes d’opérations » contrôlés par le Trésor français depuis 1961. En un mot, aucun de ces États n’a la souveraineté sur sa politique monétaire. 

Mais le vol ne s’arrête pas là : le Trésor français utilise les réserves africaines comme s’il s’agissait de capitaux français, comme garantie pour garantir les actifs des paiements français à l’UE et à la BCE. 

Dans l’ensemble « FranceAfrique », la France contrôle encore aujourd’hui la monnaie, les réserves de change, les élites compradores et le commerce. 

Les exemples sont nombreux : le contrôle du conglomérat français Bolloré sur le transport portuaire et maritime dans toute l’Afrique de l’Ouest ; Bouygues/Vinci dominent le BTP, la distribution d’eau et d’électricité ; Total détient d’énormes participations dans le pétrole et le gaz. Et puis il y a France Télécom et les grandes banques – Société Générale, Crédit Lyonnais, BNP-Paribas, AXA (assurances), etc. 

La France contrôle de facto l’écrasante majorité des infrastructures en Afrique francophone. C’est un quasi-monopole. 

« FranceAfrique » parle de néocolonialisme pur et dur. Les politiques sont émises par le Président de la République française et sa « cellule africaine ». Ils n’ont rien à voir avec le Parlement, ni avec aucun processus démocratique, depuis l’époque de Charles De Gaulle. 

La « cellule africaine » est une sorte de commandement général. Ils utilisent l’appareil militaire français pour installer des dirigeants compradores « amis » et se débarrasser de ceux qui menacent le système. Il n’y a aucune diplomatie impliquée. Actuellement, la cellule dépend exclusivement du Petit Roi, d’Emmanuel Macron.  

Caravanes de drogue, de diamants et d’or

Paris a entièrement supervisé l’assassinat du leader anticolonial du Burkina Faso Thomas Sankara, en 1987. Sankara avait accédé au pouvoir grâce à un coup d’État populaire en 1983, pour ensuite être renversé et assassiné quatre ans plus tard. 

Quant à la véritable « guerre contre le terrorisme » dans le Sahel africain, elle n’a rien à voir avec les fictions infantiles vendues en Occident. Il n’y a pas de « terroristes » arabes au Sahel, comme je l’ai constaté lors d’un voyage à travers l’Afrique de l’Ouest quelques mois avant le 11 septembre. Ce sont des locaux qui se sont convertis au salafisme en ligne, avec l’intention de créer un État islamique pour mieux contrôler les routes de contrebande à travers le Sahel. 

Ces anciennes caravanes de sel légendaires qui sillonnaient le Sahel, du Mali au sud de l’Europe et à l’Asie occidentale, sont désormais des caravanes de drogue, de diamants et d’or. C’est par exemple ce qui a financé Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), puis soutenu par les fous wahhabites en Arabie Saoudite et dans le Golfe. 

Après la destruction de la Libye par l’OTAN début 2011, il n’y avait plus de « protection », de sorte que les salafistes-djihadistes soutenus par l’Occident et qui ont combattu contre Kadhafi ont offert aux passeurs du Sahel la même protection qu’avant – plus beaucoup d’armes.

Diverses tribus maliennes continuent de faire passer clandestinement tout ce qui leur plaît. AQMI continue de prélever des impôts illégaux. L’Etat islamique en Libye est profondément impliqué dans le trafic d’êtres humains et de stupéfiants. Et Boko Haram se vautre sur le marché de la cocaïne et de l’héroïne.  

Il existe un certain degré de coopération africaine pour lutter contre ces groupes. Il y avait quelque chose qui s’appelait le G5 Sahel, axé sur la sécurité et le développement. Mais après que le Burkina Faso, le Niger, le Mali et le Tchad aient choisi la voie militaire, il ne reste plus que la Mauritanie. La nouvelle Junta Belt d’Afrique de l’Ouest veut bien sûr détruire les groupes terroristes, mais elle veut avant tout combattre la FranceAfrique et le fait que ses intérêts nationaux sont toujours décidés à Paris. 

La France veille depuis des décennies à ce qu’il y ait très peu de commerce intra-africain. Les pays enclavés ont cruellement besoin de voisins pour le transit. Ils produisent principalement des matières premières destinées à l’exportation. Il n’existe pratiquement pas d’installations de stockage décentes, un approvisionnement énergétique faible et des infrastructures de transport intra-africaines épouvantables : c’est ce à quoi les projets chinois de l’Initiative de la Ceinture et de la Route (BRI) s’efforcent de remédier en Afrique.  

En mars 2018, 44 chefs d’État ont proposé la Zone de libre-échange continentale africaine (ACFTA), la plus grande au monde en termes de population (1,3 milliard d’habitants) et de géographie. En janvier 2022, ils ont créé le Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), axé sur les paiements des entreprises africaines en monnaie locale. 

Il est donc inévitable qu’ils optent plus tard pour une monnaie commune. Devinez ce qui les gêne : le CFA imposé par Paris. 

Quelques mesures cosmétiques garantissent encore le contrôle direct du Trésor français sur toute éventuelle nouvelle monnaie africaine, la préférence accordée aux entreprises françaises dans les appels d’offres, les monopoles et le stationnement des troupes françaises. Le coup d’État au Niger représente une sorte de « nous n’allons plus le supporter ».

Tout ce qui précède illustre ce que l’incontournable économiste Michael Hudson détaille dans tous ses ouvrages : la puissance du modèle extractiviste. Hudson a montré  que l’essentiel est le contrôle des ressources mondiales ; c’est ce qui définit une puissance mondiale, et dans le cas de la France, une puissance mondiale de rang intermédiaire.

La France a montré à quel point il est facile de contrôler les ressources via le contrôle de la politique monétaire et la création de monopoles d’extraction et d’exportation dans ces pays riches en ressources, en utilisant une main-d’œuvre virtuellement esclave et sans aucune réglementation environnementale ou sanitaire. 

Il est également essentiel pour le néocolonialisme exploiteur d’empêcher les nations riches en ressources d’utiliser leurs propres ressources pour développer leur propre économie. Mais maintenant, les dominos africains disent enfin : « La partie est terminée ». Une véritable décolonisation se profile-t-elle enfin à l’horizon ? 

  • Crédit photo : Le berceau

Source : The Cradle

Traduction : RV7 NEWS

Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments