JO de Paris 2024 – Taxis Volants aux JO de Paris : Un Privilège Réservé aux Ultra-Riches ?

3 min read

Des “taxis volants” auront l’immense privilège de survoler la capitale durant cet événement planétaire.

Ces engins futuristes, qui ressemblent à des hélicoptères miniatures avec leurs 18 rotors, pourront transporter un pilote et un unique passager VIP. Car ne rêvez pas, chers citoyens lambda, ces joujoux volants ne seront pas accessibles au commun des mortels. Il faudra être une personnalité triée sur le volet ou avoir le portefeuille bien garni pour goûter aux joies de la circulation aérienne olympique.

Le constructeur allemand Volocopter, qui a investi la bagatelle de 600 millions d’euros dans ces appareils révolutionnaires, attend fébrilement le feu vert des autorités européennes. Peu importe si l’entreprise a frôlé la banqueroute récemment, l’essentiel est de faire rêver avec des images dignes d’un film de science-fiction.

Les vols tests permettront d’évaluer l’impact environnemental des eVTOL. [Benoit Tessier/REUTERS]

Quatre “vertiports” ultra-modernes ont été aménagés en région parisienne pour accueillir ces merveilles technologiques. Mais pas d’inquiétude pour les riverains : les nuisances sonores et l’impact environnemental seront soigneusement “analysés”. Si les taxis volants s’avèrent trop bruyants ou inefficaces, on les renverra gentiment dans leurs hangars. Tout est sous contrôle.

Bien sûr, les élus écologistes parisiens sont vent debout contre ce qu’ils qualifient de “greenwashing” et de “gadget pour ultra-riches pressés”. Une pétition a même recueilli 15 000 signatures d’irréductibles gaulois réfractaires à cette innovation. Mais qu’importe, le progrès n’attend pas.

Ces taxis volants pourraient circuler pendant les JO 2024 CC BY 4.0 Raymar Laux— Volocopter GmbH

Un spectacle qui restera sans doute dans les annales des Jeux Olympiques les plus extravagants de l’histoire. Profitez-en bien, car dès la fin des festivités, ces engins miraculeux risquent de retomber dans l’oubli, tels des étoiles filantes éphémères dans le ciel de Paris.

Où faudra-t-il se rendre pour monter à bord d’un taxi volant à Paris et essayer un moyen de transport qui n’était encore que fiction il y a peu ? Deux premiers “vertiports”, ces stations de drones qui pourraient transporter deux personnes et quelques bagages, ont été dévoilés par Le Parisien, mardi 4 octobre. Nos confrères ont eu accès aux documents de demandes d’autorisation de la RATP et de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) pour créer deux vertiports à La Défense (dans les Hauts-de-Seine) ainsi qu’au quai d’Austerlitz à Paris (dans le XIIIe arrondissement), avec des zones de décollage et d’atterrissage des véhicules.

Conçus pour parcourir de petites distances au-dessus des grandes villes, ces taxis volants sont présentés comme étant à mi-chemin entre le drone et l’hélicoptère. Dans un premier temps, seuls quatre lieux de décollage et d’atterrissage dans ou aux alentours de Paris sont prévus. A la Défense, les taxis décolleront du toit de la Grande Arche, un site qui permettra de tester une telle station en partant d’une certaine hauteur. “En installant un vertiport sur un point haut, on a deux avantages. On supprime les obstacles et on réduit les nuisances liées aux bruits”, expliquait à nos confrères des Echos Olivier Jouans, chef de projet VTOL à la DGAC, le 15 novembre 2021.

Un gain de temps problématique

Source du Midi Libre, ADP, avec ses partenaires le constructeur allemand Volocopter et la région Ile-de-France, veut profiter de la vitrine des JO pour faire circuler de façon expérimentale des taxis volants électriques sur trois lignes aériennes, dont une reliant l’héliport d’Issy-les-Moulineaux à une barge sur la Seine située près de la gare d’Austerlitz. L’objectif étant officiellement “d’expérimenter une nouvelle offre de mobilité en zone urbaine très dense”.

Début septembre, l’Autorité environnementale (AE) française avait toutefois jugé “incomplète” l’étude d’impact de la future base expérimentale de taxis volants prévue sur la Seine, dite “vertiport”, mettant en cause la pollution sonore et visuelle, la consommation d’énergie et le risque pour la sécurité des passagers comme des Parisiens.

wikimedia

VoloCity : essais en vol en équipage en action

Une entrée en bourse semble par ailleurs envisagée. Et, au-delà de Paris, Volocopter a des ambitions mondiales, avec des projets dans d’autres grandes villes telles que Rome, en Italie ou Osaka, au Japon. D’ailleurs l’entreprise a déjà enregistré une centaine de commandes, dont 25 fermes, l’avenir de la mobilité urbaine est en marche ! Pour plus d’informations rendez-vous sur le site de Volocopter. Seriez-vous prêt à tester ce moyen de locomotion ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte,

Les sources : / Midi Libre / Neozone / Mostraak


Tu pourrais aussi aimer

Plus de l'auteur

0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Notify of
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments